La flore

L’étude des restes végétaux recueillis lors des fouilles de Sovjan confirme le caractère humide du milieu environnant, suggérant aussi de possibles défrichements au Bronze Moyen et une réduction de la surface lacustre au Bronze Récent. Cette étude apporte également des informations inédites sur l’agriculture, l’alimentation et leur évolution au cours de la longue occupation du site.


Au Bronze Moyen, les habitants du site cultivaient au moins quatre espèces de céréales (l’engrain, le blé amidonnier, l’orge et le millet) et autant de légumineuses (surtout la lentille et l’ers). Ils récoltaient aussi une grande variété de fruits et de baies sauvages, notamment des glands – qui semblent bien avoir été consommés – des faînes, des noisettes, des mûres, des cornouilles, des pomme et des poires. La prédominance, parmi les plantes herbacées associées aux céréales, d’espèces qui poussent en milieu humide, suggère que l’aire cultivée se limitait alors aux abords immédiats du site, comme c’était sans doute déjà le cas au Néolithique, période pour laquelle nous n’avons malheureusement pas de données.

Au Bronze Récent, la gamme des céréales s’élargit avec l’apparition de l’épeautre et du blé à pain – l’engrain demeurant toutefois prédominant –, ce qui suggère des changements dans les pratiques agricoles et alimentaires. Le pois chiche s’ajoute aux légumineuses précédemment cultivées, tandis que la consommation des glands semble disparaître et celle des baies sauvages se restreindre. La présence de graminées résistant à des conditions plus arides, comme l’ivraie, suggère d’autre part une extension des terroirs agricoles jusqu’au pied des versants.

Sovjan
Paléoenvironnement


Introduction
La faune
La flore
Les carottages