La faune


Crâne de suidé

L'étude des restes de faune retrouvés dans les niveaux d'habitat nous renseigne à la fois sur le milieu environnant et sur la gestion des ressources animales (sauvages et domestiques) par les habitants.

Concernant les mammifères, les données mettent en évidence un approvisionnement en viande très majoritairement issu de l'exploitation des animaux domestiques et en particulier de la triade de base : bovins, ovins/caprins et porcins. Le chien, dont la consommation est également attestée, constitue un apport carné supplémentaire. Enfin, le complément est fourni par les cervidés et suidés sauvages.

En ce qui concerne les oiseaux, plusieurs espèces ont été identifiées : le héron cendré, le héron pourpré, le blongios nain, des oiseaux de la famille des anatidae (qui regroupe les cygnes, les oies, etc.), la gallinule poule d'eau, la foulque macroule (qui est l'espèce la mieux représentée en nombre de restes), ainsi que de petits passereaux.

Parmi les poissons on a jusqu'à présent reconnu la chevaine le chevaine (poisson grégaire d’eau douce), la bouvière (petit poisson qui vit dans les baies embourbées du cours inférieur des fleuves), ainsi que des poissons du genre Rutilus (peut-être des gardons). Les reptiles ne sont représentés que par des restes de tortues, attribuables sans ambiguïté à la cistude d’Europe, qui est une tortue d'eau douce. Enfin, un certain nombre de restes de mollusques ont été retrouvés.

Toutes les espèces reconnues témoignent d’un milieu à forte connotation aquatique fait d’eaux courantes mais calmes ou stagnantes, entourées d’une végétation aquatique abondante et probablement d’une végétation arborée voisine dans laquelle évoluent les suidés, les cervidés ou les petits carnivores.

Sovjan
Paléoenvironnement


Introduction
La faune
La flore
Les carottages