Les archéologues au travail

La fouille

L'archéologie est une discipline qui s'attache à reconstituer l'histoire de l'humanité des origines à nos jours, à partir des vestiges matériels qui en ont subsisté. Elle est fondée sur le dégagement de ces vestiges et l'étude des objets et des traces laissées dans le sol par les différentes occupations humaines.

L'archéologie est aujourd'hui une discipline scientifique qui fait appel à des méthodes multiples, complexes, et qui exigent la collaboration d'équipes pluridisciplinaires. Les fouilles constituent l'essence même de l'archéologie, et consistent à exhumer les vestiges d'un site, qu'il s'agisse d'objets mobiliers ou de structures bâties. Ainsi, les fouilles permettent d'établir des stratigraphies, à partir desquelles on établit des séquences d'occupation du sol et on retrace la chronologie des vestiges mis au jour.

Sur le terrain, les archéologues procèdent parfois à des prélèvements de certains échantillons qui seront ensuite analysés en laboratoire. De même, afin de recueillir les vestiges les plus fins qui échappent à la vue, l'équipe utilise la technique de la flottation : celle-ci consiste à passer la terre évacuée du chantier dans une grande cuve munie de tamis et que l'on remplit d'eau. Sous l'action de l'eau, les sédiments naturels se dissolvent et tombent au fond, laissant flotter les éléments non solubles. Ceux-ci doivent alors être triés finement, et c'est ainsi que sont récupérés par exemple les graines, les petits fragments de charbon de bois, les arêtes de poisson ou encore de tout petits éclats de silex!

Les relevés

Une fois les vestiges dégagés, les archéologues établissent des relevés, c'est-à-dire des dessins, à la fois des structures qu'ils ont dégagées et des coupes stratigraphiques.

Pour faire des relevés précis, on utilise parfois des grilles qui permettent de disposer d'un quadrillage et donc de dessiner les vestiges à partir de repères fixes. A partir de ces relevés on peut dresser des plans d'occupation par période.

Par ailleurs, les fouilles et les relevés des vestiges sont systématiquement complétés par des opérations de relevés topographiques. Celles-ci consistent, à l'aide d'un appareil appelé "théodolite", à relever et enregistrer les cordonnées, en plan et en altitude, de différents points du sol. La topographie permet ainsi non seulement de relever le relief du terrain, avec ses courbes de niveau, mais aussi déterminer la position exacte et l'altitude des vestiges mis au jour.


L'étude du matériel archéologique


L'étude du matériel archéologique
Une fois la fouille terminée, les archéologues entreprennent un second travail sur les objets mobiliers qu'ils ont récoltés, afin de tenter de faire parler la matière et de retrouver une partie du message humain qu'elle recèle.

Concernant la céramique, après avoir été lavés, numérotés et enregistrés, les tessons sont étalés sur des tables, ce qui permet d'avoir une vue générale des objets provenant d'une même couche archéologique. Cette étape permet de repérer des pièces caractéristiques ou particulièrement intéressantes, de faire des premières constatations et aussi d'opérer des recollages. Quel que soit le type d'objet et le matériau (os, bois, pierre, terre, métal, etc.), les objets jugés les plus intéressants sont examinés, analysés, mesurés, comparés, dessinés, par des spécialistes de chaque catégorie du matériel archéologique. Parfois, l'étude se fait en laboratoire à l'aide de techniques très complexes et avec des équipements spécifiques.

L'ensemble de ces études est aussi important que l'analyse des vestiges bâtis d'un site archéologique, car elles apportent beaucoup à la connaissance d'un site, d'une culture, des modes de vie de ses habitants, de leurs pratiques sociales (alimentaires, funéraires, etc.). Elles sont le complément indispensable du travail de terrain qui prend alors tous son sens. En effet, les archéologues ne creusent pas simplement pour le plaisir de remuer des tonnes de terre, mais bien pour essayer de comprendre notre histoire!


La restauration


Opération de restauration d'une céramique
Lorsque c'est possible, un certain nombre d'objets sont restaurés, recollés, afin de retrouver leur profil originel, voire leur forme complète.

Certains objets nécessitent un traitement particulier afin d'être stabilisés pour éviter qu'ils ne se dégradent et disparaissent. En effet, alors qu'ils ont été conservés sous terre pendant des milliers d'années, leur mise au jour constitue un changement radical qui risque parfois de mettre en péril leur conservation, notamment lorsqu'ils sont en matériau organique (bois, textile, etc.).


La publication


Publications des rapports de fouille

Lorsque les études sont suffisamment avancées, le plus souvent de nombreuses années après la fouille, les équipes sont en mesure de publier les résultats de leur travail. Les publications sont une étape essentielle de l'activité archéologique professionnelle.

Elles permettent en effet aux équipes de diffuser leurs résultats auprès de leurs collègues, et à la communauté professionnelle d'en prendre connaissance. Les publications deviennent ainsi la base de la connaissance scientifique commune sur une période, un thème, une aire culturelle, une civilisation, etc.

La connaissance partagée est le socle qui permet aux archéologues de progresser dans leur travail de recherche. Les publications permettent de constituer des bibliographies, c'est-à-dire des ensembles de références à des ouvrages ou articles publiés, qui sont souvent le premier élément du travail archéologique. Il est en effet nécessaire de savoir ce qui a déjà été découvert ou compris ailleurs, de manière à pouvoir établir des comparaisons et dégager l'intérêt d'une découverte nouvelle.


L'exposition au musée

Les objets archéologiques mis au jour sont exposés et presentés au public dans des musées, qui conservent cependant la très grande majorité des objets dans des réserves inaccessibles au public.

Les musées présentent ainsi une sélection des pièces les plus caractéristiques, les plus parlantes, les mieux conservées ou les plus belles, dans le but de proposer un vision synthétique des connaissances issues du travail des archéologues. La muséographie désigne alors l'ensemble des méthodes et techniques de présentation des objets dans les vitrines d'un musée, ainsi que les différents dispositifs mis en oeuvre pour aider à la compréhension du matériel archéologique exposé. On trouvera par exemple assez souvent dans les musées des maquettes, modèles réduits reconstituant un habitat, un tumulus, etc. Parfois, comme dans le cas du musée archéologique de Korçë, des reconstitutions sont proposées, qui sont des reproductions grandeur nature, par exemple d'une tombe, permettant au public de voir comment étaient disposés le corps et les objets qui l'accompagnaient dans l'au-delà.

Le plus souvent, les vitrines des musées archéologiques adoptent une présentation chronologique, dans laquelle les différentes périodes se succèdent, ce qui permet d'apprécier l'évolution des productions humaines. A l'intérieur d'une même période, les vitrines peuvent alors proposer des classements selon les différentes cultures ou des classements thématiques / typologiques.


La médiation


Cécile Oberweiler accompagnant un groupe scolaire
sur le tumulus de Sovjan
La médiation consiste à transmettre et restituer à un public le plus large possible ce que les archéologues ont pu apprendre de leurs fouilles et de leurs études. Elle s'adresse à différents types de public, parmi lesquels les enfants et le public scolaire sont une catégorie privilégiée.

Le plus souvent, il s'agit de "traduire" en termes simples et compréhensibles les contenus du travail scientifique des archéologues. L'objectif est alors de faire comprendre l'histoire que nous révèle l'archéologie, celle des peuples, de leurs coutumes, de leurs modes de vie, de leur techniques, de leur architecture, de leur artisanat, etc., mais aussi celle de leur évolution dans le temps, de leur rapports avec d'autres peuples ou encore de leur disparition.

Il existe différents types de médiation : les archéologues-médiateurs peuvent par exemple accompagner le public sur les sites archéologiques eux-mêmes pour présenter les vestiges et ce que l'on sait des peuples anciens qui les ont bâtis. Dans un autre genre, le présent site Web est un outil moderne de médiation qui répond aux mêmes objectifs! Il permet, par l'utilisation d'éléments interactifs, de mettre en avant les aspects essentiels à la compréhension des vestiges archéologiques. Dans les cas comme celui de Sovjan, où le site archéologique est recouvert et où rien n'est plus visible sur place après les fouilles, le site Web permet de donner à voir ce qui est toujours enfoui sous terre et ne se visite pas!