L'outillage en terre cuite

La majorité des outils en terre cuite de Kallamas est liée au travail des textiles (filage, tissage) et sans doute aussi à la pêche, la différence entre les objets interprétés comme « pesons de métier » et comme « poids de filet » ne reposant pas toujours sur des critères bien assurés.

On sait que les petits objets circulaires à perforation centrale sont des fusaïoles, qui servaient – il n’y a pas si longtemps encore – à lester le fuseau pour confectionner du fil. Celles de Kallamas, qui dépassent à peine la vingtaine, sont généralement de forme discoïde, beaucoup plus rarement conique, et la grande variabilité de leur masse (du simple au quadruple) suggère une gamme de productions textiles très diversifiée.

Pesons Les objets interprétés comme pesons de métier, deux fois plus nombreux, sont de trois types : semi-circulaires, crescentiformes, en forme de bobine. Les pesons semi-circulaires, qui sont les plus fréquents, sont souvent retaillés dans des tessons de poterie et toujours pourvus de deux perforations, tandis que le nombre de perforations du type crescentiforme est plus variable (de une à trois). S’il n’est pas certain que les objets en forme de bobine soient aussi des pesons de métier, le fait que l’un de ceux de Kallamas est en terre crue interdit en tout cas d’y voir, comme cela a été parfois proposé, des supports de cuisson ou des poids de filet.

Cette dernière fonction est, en revanche, généralement assignée à une catégorie d’outils naviformes dont le site de Kallamas a fourni une cinquantaine d’exemplaires identiques à ceux qui ont été trouvés dans l’habitat néolithique lacustre de Dispilio, au bord du lac de Kastoria. De facture soignée mais réalisés dans des pâtes de qualité inégale, ces objets ont été soumis à une cuisson très variable, ce qui semble peu compatible avec l’interprétation traditionnelle.

On ignore aussi la fonction exacte de la vingtaine de tessons encochés, provisoirement assignés à la catégorie des « pesons à encoches », qui rappellent les galets à encoches que l’on trouve de l’Europe occidentale au Proche-Orient dès le Mésolithique. De forme allongée pour la plupart, ils sont pourvus de deux encoches symétriques généralement situées dans l’axe le plus long. À Kallamas, ces objets se rencontrent presque exclusivement dans le niveau le plus ancien, où l’on ne trouve en revanche aucun exemple de peson semi-circulaire ni d’outil naviforme. Ces deux derniers types auraient-ils remplacé le premier, auquel cas il serait tentant de leur attribuer une fonction analogue ? Seule une étude comparative menée sur d’autres sites contemporains permettrait de répondre à cette question.

Couvercle Les seuls outils en terre cuite n’entrant pas dans les catégories précédentes sont, d’une part, trois « pintaderas » [tampons ornés de motifs que l’on pouvait appliquer sur divers supports : étoffe, cuir, écorce, pâte, etc.], d’autre part un disque à décor incisé qui a de nombreux parallèles dans les cultures du Néolithique Récent de l’Europe du sud-ouest (Vinča, Gradešnica) où on les interprète habituellement comme des couvercles.